Des études scientifiques révèlent combien peut être dévastateur pour notre santé, la qualité de l’air que nous respirons. Selon Harvard, environ 100 000 personnes meurent chaque année en France, du fait de la pollution de l’air. Or, il s’avère que l’air à l’intérieur de nos maisons est 100 fois plus pollué que l’air à l’extérieur.

Heureusement, il est possible de mesurer la qualité de l’air dans sa maison afin de l’améliorer au besoin, pour le bien-être de toute la famille. Découvrez à travers cet article comment procéder concrètement.

Quelles pièces faut-il évaluer en priorité ?

L’analyse de la qualité de l’air se fait pièce par pièce. On vous suggère de vous intéresser prioritairement aux pièces où vous passez le plus de temps. Privilégiez donc la chambre à coucher et la cuisine. La chambre la plus importante à contrôler demeure néanmoins celle des enfants. Ils sont les plus vulnérables face aux fines particules nuisibles qui peuvent se retrouver dans l’air. Par ailleurs, n’hésitez pas à tester également les autres pièces de la maison, surtout celles qui sont nouvellement construites ou rénovées.

Adopter un système de mesure approprié

Après avoir sélectionné les pièces à évaluer, il vous faut vous procurer un testeur de qualité d’air. Il sert à examiner l’humidité de l’air, et permet de détecter la présence de champignons et moisissures dans l’air. Il permet également de détecter les polluants chimiques et les particules fines qui flottent dans l’air. Vous devez prévoir aussi un purificateur pour veiller sur la qualité de l’air intérieur.

Tester la présence de monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est très toxique pour la santé et il est souvent présent dans l’air intérieur, surtout en présence d’une cheminée. Le monoxyde de carbone n’a pas de goût ni de couleur, c’est pourquoi il ne peut être détecté sans un dispositif spécifique. Il vous faut nécessairement installer des détecteurs de CO2 dans les pièces. C’est la seule et unique manière de garantir l’absence de ce gaz dans la chambre. Sans vouloir vous alarmer, sachez qu’il arrive que des personnes dorment et ne se réveillent jamais à cause de ce gaz.

Il faut bien interpréter les résultats obtenus

Après avoir réalisé les tests, faites le bilan des résultats obtenus. C’est le point de départ pour identifier les actions correctrices à envisager. Généralement, une bonne ventilation est nécessaire pour améliorer la qualité de l’air intérieur.

À cet effet, veillez à ce que les pièces soient bien aérées pour éviter la concentration de polluants dans l’air. En ce qui concerne les produits utilisés pour entretenir la maison, privilégiez ceux qui sont étiquetés A+. Ils sont moins toxiques et moins chargés de polluants.

Faites appel à un professionnel de préférence !

Pour les habitats, aucune réglementation ne définit le seuil de polluants à ne pas dépasser. En revanche, il est exigé aux entreprises et lieux accueillant du public sensible comme les écoles et les crèches de respecter certaines normes. Vous pouvez vous en inspirer pour assurer votre bien-être chez vous.

Un air pollué est à l’origine de divers maux, notamment des crises d’asthme, les infections respiratoires, l’irritation des yeux, etc. C’est pourquoi n’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour vous assurer une qualité d’air intérieur optimale.